Le Bio une valeur sûre 20 ans après…

 

En photo : Jean-Claude et Amandine Deltreuil (agriculteurs), Marie-Emilie Pasquer (suppléante) et Stéphane Roudier (candidat aux législatives 2017)

Le Gaec des Biobeef créé il y a 20 ans par Jean-Claude et Amandine Deltreuil accueillera sa clientèle en vente directe les 10, 11, 12 et 13 juin.

Jean-Claude et Amandine sont éleveurs de bovins et producteurs de farine dans leur ferme en agriculture biologique à Fanlac.

Arrivé à un moment de sa vie où il avait optimisé ses rendements avec le modèle d’agriculture conventionnelle, Jean-Claude posait le constat que malgré une rentabilité plus que satisfaisante, il ne s’épanouissait plus dans son activité professionnelle.

En quête de sens, ils ont commencé, avec son épouse, par éprouver le besoin de nourrir leur famille exclusivement avec des produits sains. Ils ont donc décidé de s’orienter vers une agriculture qui serait plus respectueuse de la terre, des animaux, de l’environnement.

En 1997, ils ont été les précurseurs de l’implantation de l’agriculture biologique en Dordogne.

A l’époque, leur démarche a paru incongrue auprès de  nombres de leurs homologues agriculteurs et de leur voisinage. Ce fut une période éprouvante mais constructive car

dans ses premières tentatives, sur un plan agronomique. Jean-Claude n’a pu compter que sur sa persévérance (ténacité) pour développer ses propres méthodes et techniques agricoles. Aucune structure (institutionnelle) ne dispensait à ce moment-là une préparation professionnelle à une transition agronomique écologique. Seules les références de l’agro-industrie faisaient loi dans le milieu agricole.

Rapidement, les deux agriculteurs ont opté pour une diversification de leur production s’appuyant sur la polyculture et l’élevage bovins de Limousines à viande. Ils ont mis en place un cercle vertueux en fumant les parcelles grâce au pâturage du troupeau bovin qui rétablit un équilibre naturel des sols. Les blés semés sur ces parcelles trouvent l’azote nécessaire sans apport d’intrants chimiques. Ils ont ainsi peu à peu pu acquérir une totale autonomie pour leur alimentation, l’apport en protéines et le fourrage des animaux. Plus récemment, ils ont parfait leur activité en produisant du blé panifiable pour des boulangers bio du secteur. Pour une meilleure satisfaction de cette clientèle ils transforment aujourd’hui leur blé en farine à l’aide d’un moulin à meule de pierre à plat type Astrié (vitesse de rotation très faible) qui préserve les qualités nutritives du froment.

Alors que vingt ans après la prise de conscience de la société est générale :

– Bilan sanitaire de l’agriculture conventionnelle au travers de la détresse des agriculteurs endettés, sous pression financière constante, tenus en laisse par des intermédiaires gourmands et peu scrupuleux.

– Appauvrissement des sols par un usage abusif des biocides (intrants et pesticides)

– Course subversive aux subventions générant un surendettement

– Fracture psychologique des agriculteurs avec le sens de leur profession.

– Faible qualité nutritionnelle d’aliments gonflés à l’azote et à l’eau, …

Jean-Claude et Amandine peuvent eux se féliciter de leur reconversion précoce en agriculture biologique qui leur a permis d’échapper à ce désastre. Ils ont été sauvés par une agriculture axée sur un réseau de distribution en circuits courts, débarrassés des intermédiaires qui prélevaient leurs marges bénéficiaires. Par ailleurs, la vente directe à la ferme permet d’entretenir une relation avec la clientèle (humanisée), gratifiante et encourageante. Jean-Claude et Amandine sont toujours fiers de présenter leurs produits et de connaître le retour de leurs consommateurs.

Tous les deux mois la vente en directe est renforcée par l’association d’autres producteurs locaux en pomme de terre , pain, miel, fromage de chèvre et bière, nourrissant un réseau d’approvisionnement sain et de qualité pour les consommateurs sensibilisés à de nouveaux modes de consommation.

Lorsqu’on demande à Jean-Claude si il aimerait revenir en agriculture chimique, la réponse est catégorique : « Non sûrement pas! Il faut dire non à l’agriculture conventionnelle, les perspectives pour l’avenir sont dans l’agriculture biologique!».

Propos recueillis par le collectif VOTEZ pour VOUS !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s